blason de Michel Bureau blason Michel Bureau

architecture médiévale.



LA GRANDE SALLE MEDIEVALE DU PRIEURE DE MOULLINS (1300 -1340)


Si, à partir du XVème siècle, les différentes fonctions d'un ensemble seigneurial se trouvent généralement réunies dans un même  bâtiment, c'était rarement le cas au Moyen-Âge. Il existait un bâtiment presque pour chaque fonction: repas, réception et justice, dans la grande salle, coucher dans un ou plusieurs logis (un pour le seigneur et sa famille, un pour les autres membres du groupe seigneurial, voire un pour les hôtes), préparation des aliments dans la cuisine, bâtiment toujours séparé des autres pour éviter qu'un incendie se propage ( hélas souvent bâti en bois et en torchis), stockage et conditionnement des aliments (salaisons,.) dans la paneterie ("pantry) et préparation et stockage de la bière et du vin, ou tout au moins du "verjus", dans la "buttery" (de l'anglo-normand "butt", petit tonneau). L'ensemble formait un petit hameau, dominé par la grande salle, comme l'église trônait sur le village.

Il reste à Moullins les parties les plus intéressantes de la grande salle, à savoir les murs pignons avec deux belles fenêtres à remplage de style gothique rayonnant, 2 fenêtres à croisée et quatre portes dont 3 à arc brisé, le pignon du logis des moines et de nombreux restes que des fouilles archéologiques doivent identifier. Nous vous montrerons comment à partir des éléments subsistants, certains en place, d'autres réutilisés dans d'autres parties, nous pouvons reconstituer les parties disparues comme la hauteur des piliers séparant les 3 nefs, la forme du toit, la section des chevronnières,.Tout ceci permettra une restauration fidèle de cet impressionnant bâtiment.

L'agencement de la grande salle de plain pied n'est pas conçu pour assurer le confort mais pour impressionner le visiteur, grâce à ses dimensions intérieures. L'unique pièce, s'élevant du sol jusqu'à la toiture, comprend un "côté noble"(le "haut bout" ou "high end"), le mieux éclairé, où se trouve le dais du seigneur et un côté service (le "bas bout" ou "low end"), moins bien éclairé et percé de 3 portes permettant l'accès à la cuisine à la paneterie et au cellier ("buttery"). Le chauffage, bien maigre en hiver, provenait vraissemblablement d'un âtre central, complété par des brasiers en fonte ou en bronze que l'on approchait des hôtes de marque. Les multiples fumées s'échappaient par un trou dans le toit, surmonté - pour éviter que la pluie ne s'introduise d'un louvre - soit d'un petit clocheton en charpente comme à Gainsborough castle, soit un ouvrage en céramique percée de multiples ouvertures(Great Easton, Essex), " l'ouvert" (qui a donné "louvre" en anglais et en français),

A Moullins, la salle comprenait une nef centrale et deux bas-côtés séparés par des poteaux, vraisemblablement en bois et occupait un volume de 19 m x 19m au sol et environ 14 m sous toiture.

manoir halle

Le côté noble était éclairé par 5 baies, 4 à meneau et traverse, dotées de coussièges et surmontées d'une grande baie à 3 lancettes trilobées couronnées de 3 trèfles. L'encadrement de chaque baie est pourvu d'un large chanfrein divisé dans sa largeur par un grain d'orge. Sur les baies rectangulaires le chanfrein et son grain d'orge remontent sur le meneau et sur la traverse, créant quatre élégants "tableaux" .

La photo a été prise après que la baie à remplage et l'une des fenêtres à croisées aient été débouchées et restaurée.

L'observation des desx baies à remplage nous apprend que le bâtiment est un bâtiment clérical et non laïc. L'ordonnancementbdu remplage relève de la sainte Trinité : 2 meneaux déterminant 3 lancettes, chacune surmontée d'un trilobe épointé. Au dessus des lancettes sont perchés trois trèfles chacun à trois feuilles.

Le côté service est percé de 3 portes, deux grandes à arc brisé surbaissé donnant sur l'une dans la paneterie et l'autre dans le cellier logés sous appentis (le moyen-âge raffole des appentis en bois), et une troisième, plus petite à arc en anse de panier (probablement refaite au 16ème siècle), donnant accès à la cuisine située autrefois près ou autour du puits et, bien entendu, détachée du manoir - halle.

Lors de la construction du logis abbatial, les bas côtés de la grande salle, privée de sa charpente et de ses piliers consumés lors de l'incendie de 1417 furent abattus, la hauteur de ses pignons réduite considérablement, ses baies furent bouchées, les piliers de bois remplacés par des murs en pierre et l'orgueilleux grande salle d'apparat fut réduite au rang de grange - dimière.